Congo : 2017, une année écoulée sur fond d’intense activité pastorale

L’année 2017 a été bénéfique pour l’Eglise catholique au Congo. Le pays a connu d’intenses moments notamment en termes d’activités pastorales. Entre autres, la visite à Brazzaville du 1er au 4 février du Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat du Vatican, venu pour célébrer le 40ème anniversaire des relations entre l’Etat congolais et le Saint-Siège. Egalement, la visite pastorale du 9 au 16 octobre du Cardinal Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui, président de la CECA (Conférence épiscopale de Centrafrique). Sa visite a coïncidé avec la tenue de la 46ème Assemblée plénière de la CEC (Conférence épiscopale du Congo) à laquelle il a participé.

Si la visite du Cardinal Pietro Parolin a eu pour toile de fond la signature de l’Accord-cadre entre l’Etat congolais et le Saint-Siège dont l’établissement des relations remonte à 1977, celle du Cardinal Dieudonné Nzapalainga a été marquée par plusieurs temps forts. Nous pouvons en retenir quatre essentiellement, à travers saparticipation du 9 au 15 octobre à l’Assembléeplénière de la CEC sur le thème: «Regardsurl’œcuménisme, les églises de réveil et les Nouveauxmouvementsreligieux au Congo-Brazzaville.… Qu’ilssoientun…» (Jn 17,21), au CIO (Centre interdiocésain des Œuvres).

D’abordsavisite à Kinkala, diocèse de Mgr Louis PortellaMbuyu, dans le département du Pool, le mercredi 11 octobre lors de laquelle il a rencontré les autorités de ce département meurtri par les conflits armés et réconforté sa population aux abois. Ensuite, la conférencequ’il a donnée le lendemainjeudi 12 octobreà l’Hôtel de l’ACERAC (Association des conférencesépiscopales de la région de l’Afriquecentrale), sur le thème: «Dialogueœcuménique et dialogueinterreligieux en Afriquecentrale, le cas de la RCA». C’étaitfaceauxacteurs de la Sociétécivile, cadres, membres du clergé, religieux et religieuses, universitaires etfidèleslaïcs. Pendant saconférence, l’archevêque de Bangui a abondamment évoqué la dynamique de la plate-forme née de son engagement aux côtés de l’imam et du pasteur responsable de l’Eglise évangélique, codifiée par un cadre juridique conformément aux lois et règlements de la République centrafricaine. Enfin, la visite du troisième cardinal de la région ACERAC a été rehaussée par l’audience que leur a accordée le président congolais Denis Sassou Nguesso, avec ses confrères membres de la CEC, le dimanche 15 octobre, après la messe qu’il a présidée en la basilique Sainte-Anne du Congo.Lors de son séjour au Congo, leCardinal Nzapalaingaétait accompagné d’une délégation forte de neuf membres dont Mgr Joseph Marie NgouiAkanzi, prélat de Sa Sainteté, directeur spirituel du moyen séminaire Saint Paul de Bangui et doyen du clergé centrafricain.

Dans le cadre du suivi de certains dossiers de l’ACERAC, deux évêques membres de l’institution ont tour à tour séjourné à Brazzaville. Il s’agit de NN.SS. Samuel Kleda, archevêque de Douala, président de la CENC (Conférence épiscopale nationale du Cameroun) et Miguel Angel Nguema Bée, évêque d’Ebibeyin, dépêchépar Mgr Juan NsueEdjang Maye, archevêque de Malabo, président de la CEGE (Conférence épiscopale de Guinée équatoriale).

En 2017, l’actualité de l’Eglise au Congo, pays qui abrite le siège de l’ACERACa été égalementdominée parla célébration des festivités marquant l’an 40 de l’assassinat du Cardinal Emile Biayenda, le tout premier de la région. Notons que l’année écoulée pour l’ACERAC s’est terminée par une avancée qui permet à l’association d’enfin fonctionner avec ses deux secrétaires. En effet, le nouveau secrétaire général l’abbé Antonio Mabiala est secondé par l’abbé Maurice Edoula du clergé d’Owando (Congo), nommé gestionnaire de l’association.

Aristide Ghislain NGOUMA

date de publication: 
Mercredi, 10 janvier, 2018 - 14:00

Actualité générale

Inauguration du siège de l'acerac à Brazzaville